d a n i V I N O

Enoteca "no barrique" – depuis 1989

Votre spécialiste pour les vins de tradition du Piémont

* des vins élevés en foudres de 1500 à 15000 lt, mais pas en
   barriques

* des vins dotés d’une âme et d’une histoire, produits en petite
   quantité par des artisans

* des vins authentiques avec une expression de terroir qui
   prime sur la concentration et la couleur

* des vins pour le plaisir de boire et non pour la dégustation

 

Liste de prix - Carte des vins

Preisliste - Weinkarte


Faîtes le test du goût visuel "daniVINO" !


TAVOLATA PIEMONTE

à partir de 12 personnes

pour plus d'info : info@danivino.ch

 

******

Nouveau chez daniVINO

- le Barbera d'Asti "vieux style" de Ezio TRINCHERO

- les vins "vieux style" de la casa SCARPA

- l'Arneis "I Fossili" de Bric Cenciurio

- les nouveaux millésimes de Marco & Vittorio ADRIANO

- les nouveaux millésimes de Agostino PAVIA
 

_____________________________________________

 

Nos commentaires / coups de coeur ou déceptions

 

***** Barolo Tettimorra 2009, Scarpa (fr.60.-)

Pour les amateurs de Barolo "vieux style" fins et élégants, il y deux références : Le Monprivato de Mauro Mascarello et le Tettimorra de Scarpa. Le Monprivato ne doit plus être présenté, par contre le Tettimorra de Scarpa est relativement peu connu dans le monde du vin. Tant mieux, il reste abordable pour un vin de cette classe.
Le Tettimorra, un vignoble à La Morra, est élevé 36 mois dans les foudres et 1 année en bouteille. Rares sont les Barolo d'une couleur aussi brillante et limpide, d'un bouquet immense, d'une profondeur de fruit exceptionnelle, d'une masse de tannins fins et nobles. Ce 2009 peut déjà se boire maintenant en l'ouvrant 1 jour avant. Mais il va durer en tout cas 20 ans ! 
(15.11.2014)

 

****(*) Verduno Pelaverga 2010, Massara (fr.17.-)

Le cépage autochtone nommé PELAVERGA existe uniquement à Verduno, commune qui est dans le périmètre de Barolo. Pas étonnant que peu de vignerons produisent ce vin peu connu à la place de Barolo. Et pourtant : C'est un cépage exigeant et capricieux comme le Nebbiolo. C'est un vin avec un tannin très fins et une profondeur de fruit rare. Le nez poivré est une autre particularité. A l'âge, le Pelaverga peut être confondue avec un Nebbiolo, sauf que la couleur est plus claire. Un quinzaine de vignerons idéalistes produisent du Pelaverga. Nous avons gouté presque tous, mais ce 2010 de Massara est vraiment en dessus des autres. Il faut dire que 2010 était un millésime fantastique pour ce cépage exigeant.(21.04.2014)

 

**** Ghemme Vigna Cavenago 2001, Mirù
(fr.27.- chez "tredicipercento")

Ghemme est un des crus magnifiques du Piémont du nord, avec le Gattinara, le Lessona, le Carema pour ne citer que les plus connus. C'est une région encore méconnue, heureusement pour nous. Car les prix sont en générale inférieurs à ceux du Barolo/Barbaresco. Ce Ghemme cru Cavenago est un vin résolument traditionnel, frais, avec l'alcool mesuré, élégant avec des tannins fondus. Au sommet en ce moment, un grand plaisir à table avec une viande mijotée ou des tagliatelle al ragù.(5.11.2013)

 

**** Arbois Cuvée Sacha 1996, Puffeney
(22.- pour le 2007 chez Cavesa)

Pour les amateurs des vins du Jura, Jacques Puffeney ne doit pas être présenté. Pas seulement son Vin Jaune est une légende. Cette "Cuvée Sacha" issu de Chardonnay élevé en foudre pendant presque 5 ans et de Savagnin élevé sous voile est un classique de son genre. Avec un bon goût de jaune, de la finesse, le parfum d'amandes et de noix, sublime.
Pour ceux aiment ces vins, je recommande aussi un Jerez Fino/Manzanilla, Amontillado ou Palo Cortado p.ex. de Barbadillo, La Cigarrera, Lustau, Bodegas Tradiciòn
(20.08.2013)
A ne pas oublier le Trousseau Cuvée Les Bérangères de Puffeney, un rouge d'une robe très claire, d'une juste harmonie et d'une facilité gustative rare.(1.10.2013)

 

**** Vermentino di Gallura Karagnanj 2010, Tondini (18.50 pour le 2012)

Depuis notre passion pour le cépage Vermentino, nous avons bu beaucoup de bouteilles de différents producteurs. En Sardaigne, comme partout ailleurs, c'est uniquement le nom du domaine qui garantit le plaisir. Pour le Vermentino, nous citons entre autres la Cantina di Gallura, Salvatore Mura, Cantina Pala ou Tondini. Ce dernier produit le cru Karagnanj. Le 2010 est époustouflant, d'une classe sublime, avec une parfaite gestion de saveurs, de rondeur et de race. Et quel parfum délicat de résine et de pins ! (02.08.2013)

 

**** Barolo Vigna Rionda Riserva 2001, Anselma Giacomo (65.-)

Le Ristorante Italia à Serralunga est une de mes étapes obligatoires dans les Langhe. L'accueil est sympa, la cuisine est savoureuse et classique, notamment les Anitpasti et les viandes mijotés. Les vins de base, Dolcetto-Barbera-Nebbiolo-Barolo, sont rustiques et nullement rabotés. Mais une fois à table, il ne faut en aucun cas louper la Riserva Vigna Rionda.   En principe, ils n'ont que le dernier millésime en stock. En ce moment, ce sera le 2005 ou le 2006.
J'ai de la chance d'avoir encore quelques 2001 en cave. C'est un Barolo classique, dense, épicé avec une texture à la fois concentrée et soyeuse. Les tannins sont omniprésents et fondus. C'est une magnifique expression de Barolo style traditionnel d'un millésime  très équilibré. Il sera à son apogée d'ici 2-3 ans.
(15.03.2013)

 

***** Barolo Monvigliero 2008, Comm.Burlotto  (45.-)

A l’aspect on est très étonné car ce Barolo n’a pour ainsi dire pas de couleur. Mais autant la teinte est légère et discrète, autant le nez est saisissant : il happe littéralement le dégustateur, qui se voit immédiatement submergé par une sincère émotion tant le parfum est beau et incroyablement noble : nuances de rose ancienne, de fleurs séchées, de quinine, de poivre fin, de pamplemousse et de grenade. C’est magique, il est extrêmement rare d’avoir une telle complexité aromatique sur un grand vin rouge jeune. L’émotion est palpable et on sourit d’hébétement en le humant, tant c’est beau. En bouche le plaisir ne faiblit pas et on a littéralement la sensation de boire des fleurs, le tout avec une sensation de velours fabuleuse. La finale est à la fois interminable et en même temps d’une réserve touchante, qui indique que si le vin est déjà génial, son potentiel de garde devrait être important. A l’aération, il évolue sur une nuance de truffe noire saisissante de justesse, que nous n’avons peut-être même jamais sentie avec autant de définition dans un vin rouge. Un vin extraordinaire, peut-être notre plus grande émotion sur un vin rouge jeune à ce jour.
(notice de dégustation de www.vin-terre-net.com /  octobre 2012)

 

***** Barolo Monprivato 2000, Mascarello G. / 85.-

Le vin affiche une robe typique des grands Barolos classiques à savoir peu foncée mais brillante et lumineuse, tirant sur un orangé-marron intense. Se combinent des parfums d'ambre, de truffe, de liqueur d'orange, de tabac brun, de balsamique, avec un soupçon d'abricot (haute maturité). Ce bouquet ne fera que prendre de l'ampleur après l’ouverture de la bouteille. On notera que pour un millésime chaud, ce vin arrive à contenir le soleil de l'année avec une précision étonnante, sans débordement d'alcool, comme si la macération et l'élevage longs en foudre avaient réussi à calmer la puissance.
La bouche est un archétype de Barolo traditionnel dans ce qu'il peut offrir de plus beau en terme de pureté, de raffinement, de dépouillement et simultanément de densité et puissance de saveur. L'expression force tranquille prend tout son sens. Les tanins sont littéralement parfaits, c'est dire présents et sensibles mais en même temps ils se fondent à merveille dans la texture et le corps du vin : toute la grandeur du nebbiolo est là. La finale est extrêmement longue. Une grande bouteille, encore loin de sa fin de vie !

(notice de dégustation de notre ami Nicolas Herbin / 16.10.2012)

 

***** Amarone della Valpolicella classico 1978, Bertani / 180.-

L'Amarone est issu de cépages Corvinia, Rondinella, Molinara. Les plus fameux vignerons sont Quintarelli (traditionnel) et Dal Forno (assez moderne). Mon vigneron préféré reste Bertani. Le 78 le confirme. Dans le nez il est exceptionnelle, une corbeille de fruits séchés, d'une pureté incroyable. Dans la bouche, il est dense, racé, concentré mais pas du tout compoté. Au contraire, élégant comme des dentelles. Un rêve d'Amarone. Ce vin pourra tenir encore pendant environ 20 ans !! (5.08.2011)

 

(*) Guido Brivio, Tessin

Brivio est une star parmi les vignerons du Tessin. Je ne connaissais pas ces vins. Souvent, les vins de stars ne sont pas de mon goût. Confirmation dans un restaurant de Fribourg. Le Merlot blanc à l'apéro était plat, sans expression, bref, très ennuyeux. Le Merlot rouge est un vin épais, confituré, défiguré par le bois. Incroyable qu'on puisse encore faire de ces vins maquillé par des interventions œnologiques.(6.08.2011)

 

****(*) Barbera d'Alba 2006, Giovanni Conterno / 55.-

Ouverture sur la menthe poivrée, réglisse, cendre froide, viande crue, violette. Le vin évolue sur la pêche et la pastèque, comme les grands Barolo. Bouche aux tanins parfaits, complètement intégrés à la texture, il déroule une rondeur incroyable sans aucune brutalité, longueur fantastique pour une barbera et finale en queue de paon. Je n'ai jamais bu une barbera comme ça, et ce vin achève de me convaincre qu'une grande barbera ne doit pas nécessairement être travaillée en fût, qui plus est neuf. Autre chose notable, je trouve ce vin complètement "Serralunga" dans l'expression, le côté opulent mais posé, paternaliste, force tranquille.
(notice de dégustation de notre ami Nicolas Herbin 26.07.2010)

 

* Barolo Rocche del'Annunziata 1999, Rocche Costamagna

Pour les vins qui sentent le bois-la barrique neuve, la revue Merum n'accorde aucune étoile mais un castor ! Ce cru d'un domaine réputé mérite absolument cette "distinction". Le bois très mal intégré, les tannins du bois désagréables et un fruit déjà à maturité. Un domaine à oublier dans le registre des producteurs de vin traditionnel.(08.04.2010)

 
 
Mediasynergie Sàrl © 2008 - Tous droits réservés